La littérature comme (trans)dispositifs réfléxifs – Réécritures et transpositions

Chaque livre a ce que l’on pourrait appeler un système de classification en soi (et pour lui-même) de part son découpage hiérarchique, son organisation : chapitres, parties, tomes, actes, scènes, etc. Aussi, des ‘’outils’’ internes viennent aider le lecteur à aborder cette gradation via des espaces comme le sommaire, l’index ou la table des matières.
Ce découpage hiérarchique, cette structure interne pourrait être transposée, devenir autre chose, aller au-delà du concept littéraire. Nous explorerons par le biais d’études de cas, allant de l’ouvrage papier à l’archive en ligne, les possibilités que donnent le livre comme objet, comme extension.

Article & Conférence – Reconstruction numérique des fortifications bastionnées sur les plans-reliefs

Étude du plan-relief de Strasbourg, maquette de la ville et de ses fortifications. Elle donna lieu à l’écriture d’un article scientifique que l’on pourrait traduire par « Une méthodologie basée sur les connaissances pour la sémantisation et reconstruction automatique d’ouvrages d’architecture militaire sur des maquettes de villes »

Fiction #01

Fiction #01 retrace, compile, un peu plus d’un an d’existence et de publications de Forme Libre.  Objet témoin ponctué de vert fluo, on espère pour les années à suivre éditer un nouvel opus-couleur par an, et ainsi continuer cette archive naissante en perpétuelle augmentation. Malgré des parutions temporellement irrégulières, on s’est dit que l’on avait

Notes (éparses) sur la Littérature – Les yeux fermés de Louis-Ferdinand Céline

En 1932, une brique de papier dans la mare. Elle fait du bruit et du tapage car ces plus de 600 pages de vérités romancées dérangent par leur crudité suintant le vice, la lâcheté, l’anti-héroïsme. Qualifiée de grossière et obscène par ses détracteurs, l’oeuvre de Louis-Ferdinand Céline est en fait simplement l’odyssée d’un homme, son errance quasi autobiographique. Nous sommes pourtant prévenus dès les premières pages de Voyage au bout de la nuit – deux fois même !

Aby Warburg, entre bibliothèque et atlas

En plus d’écrits fameux, certains érudits ont marqué les esprits par leur mémoire « encyclopédique » où la moindre référence, citation y est gravée comme sur du marbre. Mais de ceux là, Aby Warburg n’en fait certainement pas partie. Au cours de sa vie, il compensa le manque de place dans sa tête par une vaste bibliothèque.

Notes (éparses) sur la Littérature – L’imprenable Citadelle

L’infinissable Citadelle, restée à l’état de brouillon dactylographié, a été mise en forme et publiée à titre posthume par l’éditeur en 1948. Ici, l’auteur se transpose sous les traits d’un seigneur berbère évoquant à son fils les leçons que son père lui donna afin de faire de lui un homme et un roi, abordant densément des grands thèmes relatifs à la condition humain mais aussi ses croyances – humanistes – personnelles.